La Laponie en danger

Montagnes de Laponie suédoise
Cher internaute,

Si tu es sur ce site, c’est que tu aimes la Laponie. Tant mieux, nous aussi !
L’article qui suit ne parlera pas des séjours et des activités de tourisme respectueux que nous proposons, même si ces derniers sont menacés.

Il parlera d’une terre, la Laponie ou Sápmi, d’un peuple premier, les Sámi, seul peuple autochtone d’Europe et représenté à l’ONU, et de ceux qui vivent en Laponie suédoise.
L’article parlera aussi du boum minier qui sévit sur ce territoire.

Voici pourquoi Terre des Sames, installée à Kiruna, en Laponie Suédoise, ne peut rester silencieuse :

Depuis quelques temps, nous sommes consternés par le boum minier, une frénésie d’ouverture de mines, de prospections et de projets miniers un peu partout en Laponie.
Il semble que le gouvernement suédois accorde tous les permis d’exploitation, que ce soit à des sociétés suédoises ou étrangères. Ces projets miniers, à ciel ouvert, sont parfois à courts termes, de l’ordre d’une quinzaine d’années.

Les Sámi, plus connus sous le nom de «Lapons», occupent ces terres depuis des millénaires.

Depuis quelques semaines, ils protestent, avec d’autres personnes, contre l’ouverture d’une mine à Gállok/Kallak en Laponie suédoise, à 50 km environ de Jokkmokk, une petite ville au niveau du cercle polaire arctique.
Ils sont en pleine nature, campent sous les lavvu, la tente traditionnelle sámi, et occupent le terrain pour empêcher les forages.

Fin juillet la police est venue et les a évacués de force. Les Sames sont pacifiques. Tout ceci s’est effectué dans un grand silence. Les barricades ont été jetées à terre, les manifestants trainés par terre, et une chose humiliante s’est produite : le piétinement du drapeau sami par un policier.
Les personnes ont été conduites au poste de police, puis relâchées. Elles ont directement repris le chemin en sens inverse, et occupent de nouveau les lieux, plus motivées que jamais pour protéger la terre, l’eau, la nature, l’élevage du renne, leur vie et leur avenir.

Ailik Keskitalo, pas encore Présidente du Parlement Sámi de Norvège, s’est indignée de ces actions des forces de l’ordre, et des problèmes des mines, et a interpelé la ministre suédoise d’alors, Annie Lööf.
Le parlement Sami Norvégien a demandé au gouvernement norvégien d’intervenir en faveur des Sámi de Suède.

L’expansion minière touche même des zones protégées. Elle menace l’élevage du renne et restreint les territoires, barrant parfois les voies migratoires des rennes.
Elle détruit irréversiblement la nature dans ces milieux arctiques et sub-arctiques au climat rude.

De nouveaux forages sont prévus dans la vallée de Nikkaluokta, un village sámi près de Kiruna. Dans toute la vallée en direction du Kebnekaise, les autorisations de forage ont été données, jusqu’au camp de pêche de Tjuonajokk et bien plus encore.

Même le territoire du centre spatial Esrange est menacé. Son directeur souligne l’incompatibilité entre exploitation minière et activité spatiale.

Cette situation menace aussi le tourisme respectueux dans la région, mettant en danger les petites entreprises qui en vivent.

Comme tu le sais peut-être, la ville de Kiruna planifie son déménagement. Avec bien des difficultés.
Oui, tu as bien lu : la ville déménage, du fait des effondrements provoqués par l’exploitation de la mine de fer de Kiruna, et de ceux à venir.

Une mine n’affecte pas seulement la zone où elle se trouve, elle affecte aussi des km2 autour d’elle. A terme, ces énormes effondrements et glissements de terrain vont rendre ces zones impraticables, dangereuses, et interdites d’accès.
Des No Man’s Land cernés de barbelés ! Voilà le devenir de la ville actuelle de Kiruna, lorsqu’elle sera effondrée, et de toutes les nouvelles zones minières de la Laponie.
Mais cela, on ne le dit pas.
Il se dit même ici que le déménagement de Kiruna est passionnant.

Tout ceci met en question la culture d’un peuple autochtone, son identité d’éleveur de rennes, son avenir, mais pas seulement.
Nous parlons ici des derniers Grands Espaces Européens. Nous parlons de la nature, et plus largement de l’avenir de l’humanité. Nous parlons de notre consommation de fer, de nickel, de cuivre ou d’or. Il nous en faut toujours plus, encore et encore, tant qu’il y en a.
Aucune autre civilisation n’a pillé la planète comme nous le faisons.
Comment pouvons-nous faire l’impasse là-dessus ?

Nous qui entendons chaque nuit les explosions de la mine, qui voyons les ravages occasionnés par cette frénésie et imaginons facilement ceux à venir, nous sommes consternés. Consternés que la Suède, qui dit tant aimer la nature, n’a finalement que faire de cette beauté.
Après avoir exploité et laissé la nature exsangue, et anéanti un peuple premier après l’avoir colonisé, que ferons-nous ?
Sera-t-il temps alors de réfléchir à remplacer la matière première disparue ?
N’est-ce pas maintenant que nous devons tout mettre en oeuvre et trouver les solutions ?
Ce n’est qu’une question de volonté et d’éthique.

Kiruna veut, dans un avenir relativement proche, doubler les chiffres de la fréquentation touristique. Mais de quel tourisme parle-t-on ? Du tourisme spatial ?
La Suède a tout pour faire un tourisme de qualité, un tourisme responsable, dans des structures de qualité, dans une nature qu’elle préserverait, et où son peuple autochtone exercerait librement ses activités.
Un doux rêve, diront certains.
Seule l’exploitation minière peut faire vivre Kiruna et la Laponie, prétendront les autres.

Et toi lectrice, lecteur, que penses-tu de tout cela ?
As-tu envie de respecter la nature et l’humanité ?
As-tu envie que les générations futures aient la chance de voir ce que nous voyons encore aujourd’hui : des Grands Espaces, bien que fortement menacés, où nous pouvons nous ressourcer et nourrir notre bien-être physique et spirituel ?
As-tu envie de contempler le soleil de minuit depuis un sommet, et voir à tes pieds, et aussi loin que porterait ton regard, une nature inviolée ?

Voici de quoi t’informer :
http://www.youtube.com/watch?v=adJDdTw5AsQ

Le peuple Sami et des militants opposent une résistance pacifique aux projets miniers :
Le 29 juillet 2013 :
http://www.youtube.com/watch?v=YhhFdLvPinU

Et la suite des évènements survenus cet été :

Le 12 Août 2013 :
http://www.youtube.com/watch?v=G6VQwG2y7QE
http://www.youtube.com/watch?v=eZcRFSA-ZUQ

Le 21 Août 2013 :
http://www.youtube.com/watch?v=15fOR6I1-ow

Le 3 septembre 2013 :
http://www.youtube.com/watch?v=tPrHRoYv4e4

L’art chez le peuple Sámi pour s’opposer au boum minier qui sévit en Laponie :
http://www.youtube.com/watch?v=zqh0gNl58s4
http://www.youtube.com/watch?v=VAwZgZevRgs

Pour protéger la nature en Laponie suédoise, une pétition :
http://www.avaaz.org/en/petition/Stop_mining_in_Jokkmokk/?twi

 

Texte et photos ©Terre des Sames 

Illustrations ci-dessous : Jean-Claude Marclay

Page1

Page2

 

Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à La Laponie en danger

  1. Vordaï dit :

    Je suis consternée, et très intriguée, les sames de Finlande n’ont ils pas réagi? Celà ne leur ressemble guère.

    • tds dit :

      Bonjour,
      Ceci ne traite pas d’une situation chez les Sames de Finlande.
      Nous parlons ici du territoire du Sápmi suédois.
      Ceci dit, l’ensemble du Sápmi est menacé par la sur-exploitation sous différentes formes.
      A bientôt

  2. Je ne connais rien de ce lieu, mais ton récit me touche, je vais en effet le partager sur les réseaux.
    C’est malheureusement le lot de nombreuses régions de notre planète.
    Que faire alors ?

    • tds dit :

      Bonjour Haydée
      Et merci pour ton commentaire. Oui c’est le lot de nombreuses régions de notre planète, là où vivent des peuples autochtones leurs droits sont bafoués. Le profit compte bien plus que les droits de l’homme. Les éleveurs de rennes ici voient leur territoire se restreindre sans cesse. C’est aussi la meilleure façon de supprimer cette activité gênante pour les sociétés minières et les états. On veut aussi faire croire que les mines génèrent des emplois pour les populations locales. D’après les témoignages que nous avons, les nouvelles mines génèreraient effectivement des emplois, à un très faible pourcentage. Et oui, maintenant, on part à la recherche de la main-d’oeuvre étrangère la moins chère.

      Tu demandes que faire ? Plusieurs actions sont mises en marche.

      – Soyez les plus nombreux possibles à signer la pétition située en fin d’article
      – Partagez l’information le plus largement possible
      – Rester courtois dans toute action entreprise, à l’image du peuple sami
      – Sensibiliser la presse concernant les droits de l’homme en Laponie

      Nous sommes allés sur place, à Kallak, rencontrer les personnes qui résistent. Le plus qu’elles ont besoin est de soutien. La France y est appréciée, et la presse y est vivement attendue.
      Au-delà de Kallak, c’est tout le territoire de la Laponie qui est concerné. Le peuple sami a toujours eu à lutter pour la terre.

      En tant qu’entreprise de tourisme respectueux, Terre des Sames veut alerter, au-delà de tout parti pris.

      Merci de t’intéresser à ce sujet. A bientôt

  3. Alain Dardy dit :

    L’Etat Suédois n’a pas encore reconnu le peuple Sâme résident sur son territoire depuis des temps immémoriaux comme un peuple à part entière comme l’a fait la Norvège.

    • tds dit :

      Bonjour Alain,
      L’Etat suédois a bien reconnu les Sami en tant que peuple autochtone.
      C’est la Convention 169 de l’OIT, relative aux droits des peuples indigènes et tribaux, qui a été signée par la Norvège.
      Cette Convention n’est pas signée par la Suède, ni par la Finlande (ni la Russie bien sûr).

  4. Amandine dit :

    C’est juste écœurant!

  5. Léon dit :

    Magnifique article. Révoltant aussi. Je partage de suite !

    Léon

    http://www.keep-calm-and-have-a-krisprolls.com/

  6. Laponico dit :

    Consternant…merci en tout cas, l’article est bien complet !

Les commentaires sont fermés.