La religion aujourd’hui

A partir du 16è et 17è siècle, la religion et la vie des Sami furent totalement bouleversées par la volonté des états à contrôler les territoires et leurs habitants.
La meilleure solution pour cela était la christianisation, la colonisation et la sédentarisation.

Des missionnaires arrivèrent en Laponie, avec pour but de christianiser le peuple sami. Les tambours de chaman furent confisqués, brûlés, et le joïk interdit. Les lieux saints étaient profanés. Certains tambours furent néanmoins cachés ou enfouis.
Ce fut une période très difficile pour les Sámi. Ils avaient interdiction de pratiquer leur ancienne religion. Certains fuyaient vers les montagnes.
La répression s’accompagnait de punitions sévères, d’amendes, d’emprisonnement ainsi que de mises à mort.

Ce furent des bouleversements radicaux dans la vie et l’organisation de la société sami.

Lars Levi Laestadius, (1800-1861), d’origine sami par sa mère, fut un prêtre qui officia dans le nord de la Laponie suédoise. Il eut une grande influence sur les Sami. Son mouvement radical, le laestadianisme, aida finalement le peuple sami.
Ce mouvement est aujourd’hui un mouvement conservateur de l’Eglise suédoise. 

De nos jours, le peuple sami est christianisé.
Le joïk est de nouveau pratiqué, dans le cadre d’activités culturelles et musicales, y compris dans les églises.
On fabrique de nouveau des tambours, selon les anciens modèles. Ils sont des symboles forts de la culture same. 
L’église de Suède a reconnu ses torts et demandé pardon au peuple Sami. 
Est-ce le début dune réconciliation ?

La décision de l’Eglise suédoise de soutenir la ratification de la Convention 169 relative aux droits des peuples indigènes et tribaux est très récente – novembre 2015. La Suède et la Finlande n’ont toujours pas ratifié cette Convention, contrairement à la Norvège.
L’Eglise a également et officiellement soutenu le combat des Sames contre la sur-exploitation minière du Sápmi.

Fin 2016, Svenska Kyrkan a contribué à la parution d’un beau livre en suédois, donnant la parole à différentes personnalités Sámi concernant leurs souvenirs de « l’école sámi ».

Textes et photos ©Terre des Sames Tous droits réservés

La culture fleche